L’ANAM est l’une des réalisations des grandes réformes structurantes qu’a connues notre pays durant cette dernière décennie. Telle que prévu par la législation en vigueur, l’ANAM a pour missions principales l’encadrement et la régulation du système de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), ainsi que la gestion des ressources du Régime d’Assistance Médicale (RAMED).


La compétence de l’Agence de veiller au respect des dispositions de la loi régissant la couverture médicale de base, l’érige en l’une des institutions responsables de la déclinaison de la constitution dans son volet relatif aux droits fondamentaux du citoyen marocain dont fait partie le droit à la couverture médicale.


Après huit ans de sa création, d’importantes réalisations ont été concrétisées dans le cadre de l’AMO surtout en ce qui concerne les salariés et les retraités des secteurs privé et public ainsi que pour les économiquement démunis dans le cadre du RAMED après sa généralisation sur tout le territoire national.


La population couverte dans le cadre de la couverture médicale y compris celle régie par l’article 114 de la loi 65-00, jusqu’à fin 2011, est de l’ordre de 16.250.00, soit 51% de l’ensemble de la population marocaine. La contribution à l’économie de santé nationale de l’assurance maladie et du RAMED s’élève à 20%, soit environ 9.2 milliards de Dirhams.


Toutefois, en dépit de ces acquis, le défi principal auquel notre système est confronté est celui de la réduction de la part des dépenses directes des ménages, chose qui rend, malheureusement, le Maroc un des pays dont la population continue de supporter plus de 50% des dépenses globales de santé.


C’est pourquoi notre défi, aujourd’hui, est la généralisation de la couverture médicale de base aux autres catégories notamment les indépendants et les professions libérales tout en accompagnant ce chantier par le renforcement des investissements en matière de santé principalement dans le monde rural et en se dotant de mécanismes efficaces pour bien réguler et encadrer ce système.


La mise en application de la nouvelle constitution dans son volet relatif au droit d’accès aux soins et à la couverture médicale, la feuille de route Royale adressée aux 2èmes Assises Nationales de Santé tenues à Marrakech les 1, 2 et 3 Juillet 2013 et les recommandations qui en ont découlé sont toutes des orientations stratégiques mettant l’ANAM devant de nouvelles responsabilités afin qu’elle contribue de façon efficace et tangible à la concrétisation de la couverture universelle pour laquelle le Maroc s’est engagé, à l’instar des pays membres de l’Organisation Mondiale de Santé, en 2005 et 2011 et qui est supposée constituer un objectif de développement pour après 2015.

Par conséquent, l’ANAM doit revoir son positionnement stratégique afin de s’acquitter de toutes ses missions particulièrement celle relative à l’extension de la couverture médicale de base en vue d’atteindre toutes les catégories sans oublier le renforcement des mécanismes de contrôle, de régulation et de maîtrise des dépenses et par voie de conséquence des équilibres financiers des régimes existants et futurs.
 Quant au Régime d’Assistance Médicale, sa mise en œuvre doit se faire sur la base de système géré avec les même mécanismes que ceux de l’AMO, et ce, dans le but d’assurer sa pérennité surtout qu’il est en train de faire face à de grands problèmes de santé des catégories concernées; Chose qui a valu au Maroc les félicitations de plusieurs pays et partenaires internationaux.


C’est pourquoi, les efforts de tout un chacun doivent être consolidés voir renforcés afin d’achever ce chantier de couverture médicale dans notre pays dans des délais raisonnables, et ce pour répondre aux attentes grandissantes des citoyens marocains.